La titrisation est un moyen financier qui change des actifs peu liquides en valeurs mobilières faciles à négocier. Elle entraîne moult avantages pour le cédant, l’investisseur et le marché. Sa mise en place repose sur 3 acteurs bien précis. La titrisation désigne une technique financière transformant des actifs peu liquides (pour lesquels il existe peu de marché : crédits) en valeurs mobilières aisément négociables telles les obligations. Quels en sont les avantages et comment la mettre en place ?

La titrisation, c’est quoi ?

La titrisation consiste en un montage financier visant à l’émission de titres faisant partie d’un panier d’actifs, des créances, généralement. Ces actifs sont métamorphosés en titres, d’où son appellation (en anglais : securitization). Les revenus ainsi engendrés et versés à leur possesseur émanent de produits d’actifs sous-jacents d’où l’expression ABS (Asset-Backed Securities).

Faisons un zoom sur Indexa : annuaire professionnel associé à un moteur de recherche pour rechercher facilement des entreprises françaises.

Un titre est, dans tous les cas, adossé à un actif mais moins directement qu’avec une titrisation :

– lien le plus direct : parts de fonds (en France OPCVM) : les parts de SICAV ou FCP représentent des investissements effectués en actions et obligations dont la valeur fluctue en bourse ;

– actions et obligations (actif pour l’investisseur) sont une partie du passif de l’émetteur : capital pour une action et emprunt à long terme pour une obligation servant à financer des investissements.

Pour les actions et obligations, la capacité de leur émetteur à rembourser le titre émis est tributaire d’aléas non liés à ses capacités de gestionnaire.

Quant à une opération de titrisation, la capacité de son émetteur à s’acquitter des paiements prévus dépend de la qualité des créances sous-jacentes et non de ses qualités personnelles. L’actif est, en principe, déjà créé, c’est pourquoi on parle plutôt de re-financement et non de financement.

Nombreux sont les avantages de la titrisation

Pour le cédant

L’atout principal de ce type d’opération réside, pour le cédant, dans le fait qu’elle lui permet d’alléger son budget (via une cession de créances). Cette opération a pour vocation, d’une part, à réduire les obligations de capital du cédant et, d’autre part, à engranger des liquidités en sus (pouvant servir à l’octroi de nouveaux crédits).

Pour l’investisseur

Les Asset-Backed Securities sont l’occasion d’investir sur des types d’actifs non accessibles sur les marchés, au profit rendement/risque attractif.

Les ABS sont une façon de diversifier un portefeuille via des produits comportant peu de risques. Les agences de notation considèrent qu’en cas de défaut (cas peu probable) le taux de récupération est particulièrement élevé pour les porteurs.

Pour le marché

Cette technique financière assure, en général, une meilleure répartition des risques sur le marché puisque les titres ne sont pas uniquement détenus par des organismes de crédit.

La mise en place d’une titrisation : montage complexe qui nécessite plusieurs acteurs

L’originateur (entité détentrice au départ des créances) débute par la vente de celles-ci à une entité juridique, créée à cette fin, afin de protéger les investisseurs finaux de tout risque face à l’émetteur de ces créances. Il s’agit du Special Purpose Vehicle (SPV) également dénommé « conduit ». Ensuite, le SPV revend cet ensemble de créances à un trust qui émet les titres directement. Ce trust s’utilise pour diverses opérations du même genre.

Dans cette opération financière, le SPV est une enveloppe juridique dont le rôle principal est tenu par l’arrangeur (une banque ne principe) qui met en place l’opération, évalue le pool des créances et la manière dont il sera alimenté, la structure du fonds et les spécificités des titres à émettre.

La structuration sert à façonner les caractéristiques des titres selon les besoins des investisseurs.

Certains ABS sont rechargeables : leur pool de créances est susceptible d’être réapprovisionné durant le cycle de vie du titre afin de refinancer des créances à court terme.

L’arrangeur place les titres auprès des investisseurs finaux.

Le trio « originateur + SPV + arrangeur » est LE modèle à succès de ces dernières années.

Les commentaires sont fermés

A VOIR AUSSI

Dans quelles actions investir pendant l’inflation ?

De nombreuses opportunités d’investissement ouvrent la porte aux investisseurs. Parmi elle…