Le monde de la viticulture attire de plus en plus d’investisseurs. Qu’ils aient un capital élevé ou non, ces investisseurs se renseignent sur les opportunités locales, mais pas que. Ils n’hésitent pas à franchir les frontières régionales pour investir dans leurs vignes préférées ou bien dans celles d’où ils pensent tirer le meilleur profit. Professionnels du vin, œnophile confirmé ou en herbe, simple investisseur ? Qui sont ces nouveaux acheteurs de propriétés viticoles qui dépensent des milliers d’euros pour des parcelles viticoles ?

 Les principaux acheteurs : les professionnels du vin

Les producteurs tendent à investir de plus en plus dans les vignobles. Grâce à leur croissance et leurs ambitions, ils cherchent à s’agrandir et à produire toujours plus de vin. Pour eux, acheter des propriétés viticoles est important pour développer leur business. En ayant plus de terres, ils éparpillent les risques. Si le gel frappe en Franche-Comté, il ne frappera peut-être pas en pays nantais. Posséder des parcelles moins exposées est primordial pour ne pas voir tous ses pieds être pris par le gel en avril. Et puis surtout, ils étayent leur offre.

Les négociants de vin achètent, eux aussi, des vignobles. Leur but est différent, ils souhaitent varier leur sourcing et avoir la mainmise sur la qualité de la production. Leur connaissance des affaires en matière de vin associée à la connaissance d’un exploitant de qualité peut faire des merveilles. Nombreuses sont les familles à investir de la sorte et à se faire un nom dans le petit monde de la viticulture.

Ces acquéreurs qui font du vin leur business représentent environ 40% des acheteurs de propriétés viticoles.

propriété Viticole

Les acheteurs non professionnels

Les challengers !

En premier lieu, il y a les chefs d’entreprise et les retraités. Après une réussite professionnelle indéniable, ils ont les moyens de s’offrir un nouveau challenge dans un cadre de vie qu’ils jugent idyllique. Acheter une propriété viticole est une ultime étape avant des jours de repos. Cette reconversion professionnelle est souvent une sorte de baroud d’honneur dans la vie professionnelle. Leurs connaissances sont moindres, mais ils ne demandent qu’à apprendre. Cette activité, ils ne la perçoivent pas réellement comme une aventure professionnelle d’ailleurs, mais plutôt comme un hobby du quotidien. Ils n’ont d’ailleurs rien à perdre et rêvent à nouveau de réussite en créant leur maison de vigneron.

En plus, les avantages fiscaux sont multiples : de quoi faire une pierre deux coups ! C’est l’astuce parfaite pour faire de précieuses économies.

Ces vignerons en herbe représentent 20% des investisseurs. Eux aussi sont de plus en plus nombreux.

Les amoureux du vin

Les œnophiles disposent de moyens moins importants, mais leur amour du produit les pousse à des folies. Peu importe leur âge, ils n’hésitent pas à s’associer entre amis pour posséder des terres qu’ils jugent sacrées. Ils représentent, eux aussi, 20% des investisseurs. Leur part est en déclin.

Les commerces et hôteliers

Dernières personnes qui achètent des propriétés viticoles, ce sont les commerces et les hôteliers. Afin de satisfaire leur clientèle et de diversifier leurs revenus, ils n’hésitent pas à investir stratégiquement dans le monde du vin. Ils offrent un produit qu’ils connaissent et dont ils sont fiers.

Les commentaires sont fermés

A VOIR AUSSI

Entreprise : comment obtenir un label ?

Les entreprises ont plusieurs choix pour attester de leur engagement sociétal et environne…