Ne laissez pas une mauvaise gestion des stocks réduire les bénéfices de votre entreprise. Apprenez comment les petites et les moyennes entreprises peuvent calmer le chaos de leurs stocks pendant les saisons agitées. Ces dernier temps, de grands détaillants, comme Carrefour et les magasins U, ont réalisé d’importantes ventes, mais aussi un nombre record de rupture de stock en ligne. En fait, pour chaque 100 vues d’un produit, il y a eu 13 messages de rupture de stock. C’est le double des statistiques habituelles, selon les données sur leur site.

Ces statistiques soulèvent la question suivante : si les grands détaillants aux ressources apparemment illimitées ne peuvent pas anticiper correctement les pénuries de stocks, comment les petites et moyennes entreprises (PME) aux ressources limitées (mais tout aussi complexes) sont-elles censées gérer efficacement leurs stocks pendant une période de vacances mouvementée ?

La complexité de la rupture de stock

Les PME d’aujourd’hui tirent parti du web non seulement pour faire développer leur entreprise, mais aussi pour mieux concurrencer les détaillants en grande surface. Cela signifie avoir plus d’un magasin physique et un site de commerce électronique de marque.

Les petits détaillants et les détaillants émergents s’appuient de plus en plus sur les marchés en ligne comme Amazon, eBay et Etsy pour toucher un plus grand nombre de consommateurs et augmenter leurs ventes. Cependant, à mesure que les canaux de vente s’ajoutent et que les commandes augmentent, la complexité des opérations de l’entreprise s’accroît, ce qui, en fin de compte, aggrave les défis de la gestion des stocks.

Que les entreprises connaissent des pénuries ou des excédents, une mauvaise gestion de stock est coûteuse. Une des grandes entreprises évoquées précédemment a récemment signalé que les ruptures de stock, les surstocks et les retours lui coûtaient la somme astronomique de 1,75 millions d’euros par an. Ce sont des chiffres que les grandes entreprises peuvent supporter, mais qui risquent d’entraîner la faillite des petites.

Le fait de ne pas avoir de stock pendant les périodes de pointe entraîne des occasions de vente manquées, et la survente alimente l’aggravation, la frustration et la méfiance des clients à l’égard de la marque. A l’inverse, les détaillants qui sont surchargés (qui ont donc des sur-stocks) ont des produits invendus qui prennent de la place sur les étagères de l’entrepôt et réduisent leurs profits.

Faites attention aux signes d’alerte

Les petites et moyennes entreprises ou les PME ne devraient pas gaspiller leur temps et leurs ressources précieuses sur des systèmes et des processus inefficaces ou sous-optimisés. Voici des signes clairs qui indiquent qu’une entreprise doit mettre à jour ses processus de gestion de stocks :

  • la rupture de stock ou le surstockage régulier,
  • les quantités de stock inexactes ou inconnues,
  • l’accès limité ou inexistant à des comptages de stocks en temps réel,
  • la difficulté à gérer les stocks dans plusieurs canaux de vente et/ou entrepôts,
  • l’incapacité de prévoir avec précision les besoins en stocks.

Si l’une des inefficacités ci-dessus s’est produite, ou pire, se produit régulièrement, il est temps d’apporter des améliorations avant qu’il ne soit trop tard.

Résolvez le problème d’inventaire

Le facteur principal du problème des stocks est la multitude de systèmes et de feuilles de calcul nécessaires qui sont disparates pour suivre et maintenir des comptes de stock et des informations de commande précises. Et ce nombre de systèmes augmente avec chaque canal de vente supplémentaire et chaque outil opérationnel mis en place par une entreprise.

Bien que les méthodes de suivi manuel puissent fonctionner lorsque les entreprises ne font que démarrer, elles sont extrêmement longues, sujettes aux erreurs humaines et ne pourront pas s’adapter à la croissance de l’entreprise.

Prenez l’exemple de la vie réelle

Prenez la Boutique Florin, par exemple. Lorsque cette boutique de sacs à main a vraiment pris son envol en 2013, la fondatrice Jeanne Florin s’est trouvée incapable de suivre et de mesurer avec précision quels sacs à main se vendaient et quand elle devait commander de nouveaux stocks. Jeanne et son équipe utilisaient la méthode laborieuse de compter manuellement leurs stocks dans des carnets et des feuilles de calcul.

Il va sans dire qu’à mesure que les commandes ont afflué, ce processus est devenu insoutenable. Le suivi de leur inventaire prenait un temps précieux et causait des erreurs inutiles, parfois coûteuses.

Comme la Boutique Florin n’avait pas une visibilité adéquate sur l’évolution des quantités en stock sur ses différents canaux de vente en ligne et hors ligne, il lui était impossible de savoir en temps réel quand un produit était épuisé. Par conséquent, des frustrations se produisaient lorsque des articles étaient en rupture de stock mais toujours affichés comme disponibles sur leur site de commerce électronique.

Adoptez une bonne méthode pour la gestion de stock

Aucun détaillant ne veut avoir à dire à ses nouveaux clients que l’article qu’ils ont commandé est en fait épuisé ou en rupture de stock. Il est clair qu’ils avaient besoin de systèmes pour gérer activement leur inventaire multicanal, ainsi que de meilleurs enregistrements de données pour pouvoir identifier les articles les plus vendus et savoir exactement quand les commander à nouveau avant qu’ils ne soient épuisés.

La Boutique Florin a implémenté le logiciel de gestion d’inventaire pour les aider non seulement à automatiser le suivi de leurs quantités en stock et de leurs commandes, mais aussi à centraliser leurs données de vente au détail dans un tableau de bord unique.

Ce faisant, leur équipe a pu économiser de 5 à 10 heures de travail par semaine, et leur a fourni des rapports de données solides pour les aider à améliorer l’exactitude et la rapidité de leurs commandes afin d’éliminer les ruptures de stock et les surventes. Jeanne a expliqué : « Nous avons économisé tellement d’argent en commandant ce qui se vend réellement par rapport à ce que nous pensons vendre. »

Tirez des leçons de la vente au détail

Pour que les PME de la distribution maîtrisent la gestion des stocks de leur entreprise, elles doivent intégrer tous les outils et les informations essentiels de leur canal de distribution dans une solution centralisée. Une solution de gestion de stocks rationalisée et automatisée permet aux détaillants de suivre les commandes d’achat, les quantités en stock, les factures de vente et les rapports détaillés sur tous les canaux de vente.

Le fait de disposer d’un tableau de bord simplifié et unique pour gérer et maintenir toutes leurs opérations de vente au détail permet aux PME d’économiser un temps et des ressources précieux tout en les aidant à éviter les pénuries et les surplus de stock coûteux auxquels même les plus grands détaillants sont encore confrontés.

Charger plus d’articles similaires
Charger plus par Aurélie Michel
Charger plus dans BUSINESS
Les commentaires sont fermés.

A VOIR AUSSI

Comment les DSI peuvent mener à la transformation numérique ?

Chaque entreprise est en train de devenir une entreprise numérique et cela change le rôle …