Qu’il s’agisse de construction ou de rénovation, le façadier assure un rôle primordial dans la protection d’un bâtiment. Doté d’un savoir-faire spécifique et maîtrisant différentes techniques, il doit suivre un parcours particulier avant de pouvoir exercer. Si vous êtes en bonne forme physique et que vous êtes soucieux du détail, ce métier est peut-être fait pour vous, d’autant plus qu’il peut vous ouvrir à plusieurs horizons.

Les principales missions du façadier

En général, le façadier s’occupe de tout ce qui se rapporte à l’embellissement et à la protection de la façade. Sa principale tâche est de réaliser la préparation des enduits suivant les supports à recouvrir. Il est chargé d’appliquer les enduits de manière homogène à partir de quelques outils simples ou d’équipements plus modernes tels qu’une machine à projeter. Pour sa propre protection, il doit être capable d’installer un échafaudage suivant les normes car il sera très souvent amené à travailler en hauteur.

Par ailleurs, le façadier intervient également dans la pose de revêtements comme les dallages ou les carreaux décoratifs. L’on fait aussi appel à un spécialiste façadier tel que ceux du site https://urbel.fr pour assurer l’imperméabilisation de vos murs extérieurs. Avec quelques formations supplémentaires, le façadier pourra se spécialiser dans l’isolation extérieure des murs.

façadier

Quelles sont les compétences que doit avoir un façadier ?

Assurer les fonctions d’un façadier requiert de solides compétences, outre des connaissances pointues en bâtiment. Il doit connaître tous les types d’enduits et les règles techniques y afférant pour pouvoir conseiller sa clientèle. Une veille permanente est alors indispensable pour qu’il puisse s’informer des nouvelles normes et des nouveaux procédés.

En plus d’une grande habileté, le façadier doit être très minutieux et perfectionniste. En effet, il doit s’assurer que les enduits appliqués ne comportent aucun défaut, car la moindre disparité pourrait générer à terme des pathologies sur les façades. Ses ouvrages doivent être couverts par une garantie décennale. À part les connaissances techniques, une bonne condition physique est aussi requise, car le façadier travaille souvent dans un environnement inconfortable, que ce soit en hauteur ou à même le sol. De plus, son travail est souvent conditionné par les aléas météorologiques.

Les formations recommandées pour devenir façadier

Le métier peut être accessible en se spécialisant pendant 2 ou 3 ans dans une branche du BTP après la classe de 3e. Ainsi, le façadier peut commencer à travailler en tant qu’ouvrier après l’obtention d’un CAP de maçon, de peintre applicateur de revêtement ou de plâtrier plaquiste. Sinon, il peut rejoindre directement une entreprise en suivant une formation de professionnalisation en vue de l’obtention d’un Certificat de Qualification Professionnelle. Il est également possible de passer un bac professionnel en aménagement et finition du bâtiment pour devenir façadier. Néanmoins dans la plupart des cas, la formation se fait directement par compagnonnage sur chantier.

Une grande évolution de carrière…

Après quelques années d’expérience, le façadier peut se spécialiser en enduit de façade ou en isolation extérieure pour devenir chef d’équipe. Ensuite, en travaillant sur des chantiers plus importants, il pourra monter au grade de conducteur de travaux ou éventuellement proposer ses services en bureau d’études. Le métier de façadier est donc prometteur, surtout sachant que plus de 2000 entreprises d’enduit de façade sont à la recherche de jeunes talents tous les ans.

Les commentaires sont fermés

A VOIR AUSSI

Communication visuelle : quelles sont les solutions les plus efficaces pour votre entreprise ?

En marketing, la communication visuelle est l’ensemble des actions mises en place pa…