La convention Syntec regroupe plus de 3 500 entreprises adhérentes aux différents syndicats membres. Ces derniers sont au nombre de 5 : le Syntec Numérique, le Syntec Conseil, l’Union française des Métiers de l’Évènement (Unimev), la Fédération de la Formation professionnelle (FFP) et le Syntec Ingénierie. La lecture et l’interprétation de cette convention collective peuvent porter à confusion. Voici un petit guide pour vous aider à mieux comprendre le Syntec.

Système de classification Syntec des salariés

Le Syntec a prévu une classification des salariés concernés par la convention collective. Cette classification suit des échelons qui sont appelés « position » dans la convention. Une position correspond à une fonction. Et chaque fonction est subdivisée en une autre position qui prend la forme de deux chiffres sous le format « X. X ». Le Syntec traite de nombreuses situations qui peuvent survenir dans la vie professionnelle d’un salarié dans un bureau d’étude technique ou une société de conseil en ingénierie dans les secteurs de l’informatique, de l’ingénierie, du consulting, de l’événementiel, des traductions et des interprétations linguistiques.

Les fonctions d’exécution (position 1)

La fonction du salarié consiste à réaliser, dans le détail et les délais, des opérations programmées par un supérieur. Il s’agit des débutants dans la branche. Cette position est divisée en 2.

  • La position 1.1 regroupe les collaborateurs assimilés à des ingénieurs ou cadres administratifs et techniques qui occupent un poste où ils mettent en œuvre leurs connaissances.
  • La position 1.2 concerne également les débutants, mais ceux-ci sont diplômés d’une école d’ingénieur qui répond à la définition de l’article 2c de la convention collective.

Les fonctions d’études ou de préparation (position 2)

La fonction de l’agent est de concrétiser, développer et de mettre en œuvre un programme de travail tout en bénéficiant d’une certaine autonomie. Cette fonction concerne les enquêteurs qui ont déjà une expérience d’au moins 2 ans dans leur secteur. Ici également, on distingue deux positions.

  • La position 2.1 concerne les cadres ou les ingénieurs qui ont au moins 2 ans d’expérience et qui possèdent des qualités intellectuelles leur permettant de vite prendre connaissance des travaux d’étude. Les salariés de cette position peuvent coordonner les travaux d’agents de maîtrise, techniciens, dessinateurs, etc.
  • La position 2.2 quant à elle regroupe tous les salariés qui remplissent les mêmes conditions que la position 2.1. La différence réside dans le fait que ceux-ci peuvent prendre des initiatives et assurer des responsabilités en se basant sur les instructions de leur supérieur hiérarchique.

Les fonctions de conception ou de gestion élargies (position 3)

C’est la troisième position. Le salarié détermine les composantes d’un problème complexe. Il peut élaborer et coordonner un programme en toute autonomie. C’est la plus haute position prévue par la convention. La position est subdivisée en 3 échelons.

  • La position 3.1 s’adresse aux salariés placés directement sous l’autorité d’un chef de service.
  • La position 3.2 concerne les agents qui sont amenés à prendre des initiatives dans le cadre de leur fonction. Cet échelon implique le fait d’avoir une autorité sur des collaborateurs.
  • La position 3.3 implique de grandes responsabilités et la capacité à s’adapter à des nouveautés sur le plan technique.

Avant de signer un contrat, renseignez-vous sur la grille des salaires de la convention Syntec afin d’être sûr que tous les termes sont respectés. Ces 3 catégories permettent de définir le statut salarial d’un employé.

Salaire

Explication du système des coefficients

À cette classification s’ajoutent des coefficients. C’est l’association des positions et des coefficients qui fixe la grille salariale des salariés qui sont sous la convention Syntec. Les coefficients varient selon la position et la catégorie. Dans la convention Syntec, il existe deux catégories d’employés : les employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM) et les ingénieurs et cadres (IC). Ces deux catégories peuvent être classées dans n’importe quelle position.

Pour un ETAM, le coefficient varie de 230 à 500. Pour un IC, il varie de 95 à 270. Plus il est élevé, plus le salaire est important. Le salaire d’un cadre ou ingénieur est supérieur à celui d’un ETAM s’ils ont la même position. Un ETAM qui est à la position 2.2 gagnera au minimum 1786,70 €, tandis qu’un IC de la même position gagnera 2706,60 €.

Que prévoit le Syntec pour les congés ?

En ce qui concerne les congés, la convention Syntec s’aligne sur le Code du travail français. Toutefois, une disposition spéciale par rapport aux jours de congés supplémentaires est prévue. Le nombre de jours de congé supplémentaires est fixé en fonction de l’ancienneté du salarié. Ainsi, pour chaque 5 ans d’ancienneté, l’employé a droit à un jour de congé supplémentaire. Ainsi un employé avec 15 ans d’ancienneté a droit à 3 jours de congés supplémentaires.

Les commentaires sont fermés

A VOIR AUSSI

7 villes qui sont devenues les bastions de la French tech

Depuis quelques années, la France a connu un franc succès dans le domaine de l’intel…