Les différents alliages moulés et modelés requièrent expertise et précision. Qu’ils soient composés de métal ou de toute autre matière, comme la cire, découvrons les différents procédés utilisés par ce vieux métier. Nullement péjoratif, puisque ce savoir-faire demande une qualification particulière et donc un savoir-faire. L’opération consiste à fabriquer couche par couche un moule, de l’effriter, et de le porter à haute température avant de pouvoir couler la matière souhaitée. Le terme “cire perdue” représente l’excès de matière enlevé pour créer le vide nécessaire à la création d’un objet. Expliquons ce procédé de fabrication.

En quoi consiste le moulage à la cire perdue ?

Grâce à la cire perdue, tous objets peuvent être moulés selon les directives industrielles et dans le respect des normes en vigueur. Le moule fabriqué peut être rigide ou bien souple, et permet de créer des pièces en mode série. Ce procédé permet de couler le métal à façon et avec précision. Qualifié de méthode à haute valeur ajoutée puisque les finitions ne sont pas à apporter en fin de production. Pas besoin d’ajuster ou de mesurer la pièce formée, elle correspond donc au cahier des charges souhaité. En supprimant l’usinage des pièces, les temps de production en sont donc écourtés et avec des résultats de plus grande qualité.

Quelles sont les différentes étapes pour fabriquer un moule à la cire perdue ?

  1. Création et conception du modèle de moule (étude de projet)
  2. Injection du modèle de cire perdue
  3. Assemblage du modèle en grappe (les barreaux permettront alors de couler le métal)
  4. Enrobage céramique des moules (création d’une carapace en céramique qui sera en contact avec le métal)
  5. Décirage de la carapace (montée en température et via pression)
  6. Cuisson de la carapace (après frittage, à haute température)
  7. Coulée du métal dans le moule
  8. Décochage de la grappe (action mécanique ou chimique)
  9. Frittage de la carapace (meulage)
  10. Contrôle visuel et mécanique
  11. Contrôle qualité
  12. Finition des pièces (sablées ou grenaillées)

Quels sont les avantages du moulage à la cire perdue ?

Ce processus industriel permet de couler des centaines d’alliages formés à partir des métaux de base les plus répandus. Que ce soit pour les types d’aciers, les aciers inoxydables, tous types d’alliages (de cuivre, de nickel, de cobalt, de fer, etc.). Pour résumer, le moulage à la cire perdue offre une grande flexibilité, un grain de temps conséquent et à terme un investissement moins important. Autre avantage : limiter la perte de la matière. Comme l’usinage est réduit, les excédents s’en voient donc amoindris. Le moulage à la cire perdue permet aussi de réaliser des pièces avec une très haute précision. Il est alors possible de réaliser des petits objets uniformes et avec des détails très précis comme des filaments, des cannelures, des bosses, des dentelures et des bosses.

Pour quels domaines d’activité la cire perdue est-elle utilisée ?

Ce procédé est utilisé pour la fabrication des pièces dans le domaine :

  • industriel,
  • aéronautique,
  • automobile,
  • médicale (prothèses chirurgicales),
  • transport terrestre,
  • l’armement,
  • l’énergie,
  • la joaillerie,
  • l’art.
Savoir-faire en fonderie industrielle : connaissez-vous la cire perdue ?

Judith Leclair est une experte éclairée en entreprise et économie, titulaire d’une solide formation dans le domaine. Journaliste chevronnée, ses articles allient finesse analytique et clarté éditoriale, enrichissant notre compréhension des tendances économiques. Judith  est une voix incontournable, offrant des perspectives avisées sur les enjeux cruciaux du monde des affaires.

A VOIR AUSSI

Comment se lancer en tant que naturopathe fraichement diplômé ?

Si vous venez d’obtenir votre diplôme en naturopathie, vous vous trouvez …