La crise sanitaire récemment connue n’a pas fait que modifier nos habitudes de vie quotidienne. Elle a surtout bouleversé le monde du travail. Aujourd’hui, le télétravail est devenu un mode de travail répandu dans presque tous les domaines. Véritable contrainte au départ, l’expérience du télétravail s’est avérée positive aussi bien pour les entreprises que pour les employés.

De nombreuses sociétés ont revu leur organisation afin de l’intégrer sur le long terme. Cependant, la mise en place de ce mode de travail à distance exige une bonne organisation en amont afin de minimiser le risque de problèmes ou de conflits.

Retrouvez dans cet élément tous nos conseils pour réussir la mise en place du télétravail en entreprise.

Le télétravail : quelle importance ?

Le télétravail est une forme d’organisation du travail qui permet au salarié d’une entreprise d’exécuter ses tâches en dehors des locaux de l’employeur. Différent du travailleur indépendant, le télétravailleur utilise les nouvelles technologies de la communication pour se rendre disponible pendant les heures de travail afin de répondre aux obligations de l’entreprise.

Ce mode de travail apparu dans le Code du travail de la France depuis 2012 a connu avec le passage de la crise sanitaire une percée fulgurante. Plusieurs années après le déconfinement, de nombreuses entreprises l’ont adopté en raison de ses nombreux bénéfices.

Pour l’entreprise, le télétravail permet de stimuler l’engagement des collaborateurs qui, étant plus libres et autonomes, se sentent plus impliqués et motivés dans leurs tâches quotidiennes. La plupart des entreprises ayant adopté ce mode de travail reconnaissent enregistrer une augmentation de la productivité de leurs salariés.

Pour les salariés, le travail à distance permet une certaine flexibilité professionnelle et une autonomie parfaite. Il permet également un gain de temps substantiel, car les déplacements inutiles sont réduits. Cependant, la mise en place du télétravail en entreprise peut se révéler complexe si les étapes transitoires ne sont pas réussies.

Quelles sont les étapes pour réussir la mise en place du télétravail en entreprise ?

Le télétravail concerne un travail qui peut être fait hors des locaux de l’entreprise. Toutes les activités ne sont donc pas compatibles avec ce mode de travail. Même dans le cas où il est possible, il faut que l’employeur réalise en amont quelques démarches très indispensables pour la réussite du projet.

Recueillir les besoins et attentes des salariés

La première chose à faire pour réussir la mise en place du télétravail dans son entreprise, c’est de recueillir les attentes et les besoins de vos salariés. Cela peut se faire à travers des questionnaires, des focus groupes ou des rencontres avec les délégués du personnel.

Il est dans l’intérêt de l’entreprise que le débat soit élargi à l’ensemble des salariés afin de recueillir l’intérêt de chacun par rapport à cette pratique. Il est clair que certains seront d’avis pour adopter ce mode de travail et d’autres non. Tout compte fait, les réponses issues des échanges doivent permettre d’améliorer le futur dispositif.

Établir un cadre de travail à distance précis

Pour réussir la mise en place du télétravail en entreprise, il est de grande notoriété de définir un cadre pour le projet. À cet effet, il est indispensable de faire adhérer tous les acteurs de l’entreprise en passant par le service des ressources humaines, le manager, le médecin de travail, etc.

L’équipe solidement constituée pourra avoir une vision globale du dispositif qui s’en va être mis en place. Des conclusions de leurs travaux doit naître une charte de télétravail qui va :

  • Définir les contours du projet ;
  • Fixer les modalités du télétravail ;
  • Définir les droits et devoirs de chaque partie.

En abordant tous les aspects cruciaux du projet, le comité de travail va ainsi anticiper sur les éventuels problèmes qui pourraient surgir lors de la phase de test.

Expérimenter le dispositif

Une fois les travaux du groupe de travail achevés, il reste à présent à passer une phase de test. Cette dernière doit être délimitée dans le temps (1 à 3 mois maximum). Au cours de cette phase, l’employeur a l’obligation de prendre en charge le matériel, les outils informatiques, les outils liés à l’organisation du temps et les abonnements.

Il n’est cependant pas obligé d’assumer les coûts de leur maintenance. À l’issue de la phase d’essai, un diagnostic de la situation doit être établi afin de corriger les points négatifs et optimiser le dispositif.  

Les commentaires sont fermés

A VOIR AUSSI

Gérer sa chaine logistique : quelles sont les meilleures astuces pour l’optimiser ?

Sans une bonne optimisation de votre chaine logique, il est impossible de rentabiliser vos…