La définition de la zone de chalandise se révèle nécessaire pour réussir l’implantation et le développement d’une activité commerciale. Il s’agit en effet de la zone d’attraction commerciale qui comporte un nombre de clients potentiels très considérable. Elle demeure un élément déterminant pour réaliser un business plan et pour estimer la rentabilité d’un commerce. Voici un dossier complet sur le sujet.

Zone de chalandise : un élément essentiel pour valider l’emplacement d’un commerce

L’étude de la zone de chalandise figure parmi les éléments clés d’une étude de marché. Elle doit être réalisée avant la création d’une entreprise. Cette zone représente en effet le périmètre géographique où se trouve la grande partie des clients d’un point de vente. Elle est aussi appelée « zone d’influence ». Les entreprises se servent de son analyse pour estimer leur chiffre d’affaires et valider l’emplacement de leur commerce.

L’étude la zone de chalandise est réalisée pour déterminer l’origine, le type et le nombre de clients potentiels. Elle permet aussi de savoir si une activité sera rentable ou non. D’autre part, elle doit être aussi agrandie dans le but de développer le volume de ventes d’une entreprise. Dans ce cas, il faut réaliser plus d’actions commerciales attractives et proposer un plus grand nombre de produits ou de services.

Les différentes spécificités d’une zone de chalandise

Une zone de chalandise est subdivisée en plusieurs zones. Celles-ci sont matérialisées soit par des cercles isochrones soit par des cercles isométriques. Pour déterminer ces différents secteurs d’attractivité, on utilise trois types de zones de chalandise. Les voici :

La zone primaire

Elle représente le périmètre qui présente plus de potentialités autour d’un point de vente. On parle d’une zone géographique qui attire près de 80 % des clients. Cette zone attire les clients de proximité. Elle se situe à 5 minutes des clients.

La zone secondaire

Cette zone est moins attractive, mais attire encore les clients. On retrouve souvent dans cette géographique des clients. Elle se situe entre 10 et 15 minutes des prospects.

La zone tertiaire

Cette zone comprend plus de concurrents. Toutefois, elle est toujours capable de générer de nouveaux clients si les stratégies commerciales mises en place sont ciblées. Cette zone géographique est plus éloignée du point de vente. Il faut plus de 15 minutes pour s’y rendre.

Comment déterminer une zone d’influence ?

En marketing, il faut construire des cercles isométriques ou isochrones pour mieux définir une zone de chalandise. Ensuite, il faut faire une étude de collecte de données sur la zone géographique choisie pour installer le commerce.

Voici les critères pris en compte pour réaliser cette analyse :

La concurrence

L’étude de la concurrence est importante pour déterminer une zone d’influence. Pour ce faire, il faut faire un inventaire des commerces, des produits et des offres existantes. Il faut aussi déterminer leur chiffre d’affaires, leurs bilans comptables et leur force de vente. Cette étude permet de proposer une offre différente et de mesurer les investissements publicitaires nécessaires.

Le profil des clients potentiels

Cette analyse permet de bien connaître les caractéristiques des prospects présents dans cette zone géographique. Pour ce faire, il faut étudier :

  • Le nombre d’habitants ;
  • La composition des ménages ;
  • Leur revenu moyen ;
  • Leur classe sociale ;
  • Leur motivation d’achat, etc.

Avec toutes ces données, l’entreprise peut créer le profil du consommateur idéal.

L’attractivité

L’étude de l’attractivité de zone géographique est aussi importante. Le commerçant doit étudier le comportement des consommateurs actuels. Cela lui permet de savoir s’ils font leurs achats dans la zone ou s’ils s’en éloignent.

Comment cartographier une zone de chalandise ?

Pour réaliser cette carte, il faut créer une carte isométrique ou une carte isochrone. Ces deux types de cartes permettent de visualiser une zone de chalandise dans son entièreté.

Avec une carte isométrique, il est possible de déterminer la zone d’influence selon la distance de déplacement nécessaire pour aller au point de vente.

Quant à la carte isochrone, elle permet de calculer les courbes en prenant en compte le temps maximum nécessaire pour se rendre dans le point de vente. Il faut préciser que les courbes utilisées ne sont pas concentriques puisqu’elles sont influencées par les transports en commun et les axes routiers.

Zone de chalandise : comment la réaliser ? Quelle est son importance ?

Rédacteur web depuis de nombreuses années, je suis avant tout un passionné du monde de l’entreprenariat. Je dispose de bonnes connaissances SEO, et mets mes compétences rédactionnelles au service de sujets B2B d’actualité et pertinents.

A VOIR AUSSI

Optimiser la gestion des talents pour un avantage concurrentiel durable

Dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel, les entreprises doivent …