Depuis le 1er janvier 2019, le compte professionnel de formation de transition (CPF) a fait son apparition permettant à tout actif de changer de voie professionnelle ou de faire valoir ses acquis et compétences, tout en percevant une rémunération. Remplaçant au pied levé le congé individuel de formation (CIF) existant jusqu’alors, quels en sont les changements et qui peut en bénéficier ? Réponses dans cet article.

Qu’est-ce que le CPF de transition ?

A l’image du CIF, le CPF de transition permet à tout salarié de bénéficier d’un congé pour suivre une formation, et ce, quelle qu’en soit la durée, tout en continuant à percevoir son salaire. Cette formation peut être avec ou sans rapport avec son métier de base, permettant de se perfectionner ou plus radicalement de changer totalement de voie professionnelle.

L’employeur est tenu de restituer son poste ou un poste équivalent au salarié dès la fin du parcours de formation ce qui réduit les risques de façon avantageuse pour ce dernier.

Quel est le public éligible au CPF ?

L’accès au CPF est tout de même soumis à certaines conditions, tout comme l’était le CIF avant janvier 2019. En effet, un salarié en CDI doit être en activité au minimum depuis 2 ans et doit justifier d’au moins un an d’ancienneté dans l’entreprise au sein de laquelle il projette d’utiliser son droit à la formation.

Un salarié en CDD peut néanmoins également décider de mobiliser son compte professionnel de formation. Pour cela, il doit justifier de 24 mois, consécutifs ou non, d’activité salariée dans les cinq dernières années, dont 4 mois consécutifs ou non au cours des 12 derniers mois.

En cas de licenciement pour raisons économiques, la règle est assouplie afin de pouvoir permettre au salarié de retrouver rapidement un emploi. De ce fait, aucune ancienneté n’est requise sauf si le salarié a déjà suivi un cursus de formation depuis son licenciement.

Quelles sont les modalités administratives d’accès CPF ?

Vous avez un projet en tête ? Avant toute chose, il faut contacter l’antenne régionale du FONGECIF (Organisme Paritaire Agréé au titre du Congé Individuel de Formation) qui aura pour rôle d’informer et d’accompagner toute personne ayant un projet de formation.

Lorsque votre projet sera bien ficelé, vous devrez demander une autorisation d’absence à votre employeur. Cette demande doit se faire par courrier pour des raisons de traçabilité. Dès lors que vous remplissez les critères d’ancienneté, votre employeur n’est pas en droit de vous refuser l’accès à la formation.

Il peut, en revanche, si les impératifs de l’entreprise le nécessitent, reporter la date prévue d’entrée en formation. Sachez toutefois que ce report ne peut excéder 9 mois par rapport à la date prévue.

Le passage du CIF au CPF de transition a permis un assouplissement des critères d’accès à la formation et un allègement administratif permettant à un plus grand nombre d’actifs de pouvoir accroître leurs compétences ou de se réorienter vers un métier leur permettant de mettre en exergue toutes leurs facultés. Ceci permet également de favoriser le bien-être au travail en permettant à des milliers de salariés de se sentir plus légitime dans leur emploi.

Charger plus d’articles similaires
Charger plus par Marion Jullian
Charger plus dans EMPLOI
Les commentaires sont fermés.

A VOIR AUSSI

Quel est le salaire moyen d’un cadre ?

Si vous vous demandez à combien s’élève le salaire moyen d’un cadre, sachez qu’il varie en…